ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Géographie Économie Société

1295-926X
 

 ARTICLE VOL 9/1 - 2007  - pp.39-68  - doi:10.3166/ges.9.39-68
TITRE
Modernité et hybridité. Nature, « regeneracionismo » et la production du paysage aquatique espagnol 1890-1930

TITLE
Modernity and hybridity: Nature, regeneracionismo, and the production of the Spanish waterscape, 1890-1930

RÉSUMÉ

L’Espagne est sans doute le pays européen où la crise de l’eau est devenue la plus grave dans ces dernières années. Cependant, l’importance politique et écologique de l’eau n’est pas récente. Au cours du dernier siècle, la politique, l’économie, la culture et l’ingénierie de l’eau ont inspiré et incarné les tensions et conflits nombreux qui dirigeaient et dirigent encore la société espagnole. Bien que l’importance de l’eau sur la péninsule ibérique ait attiré toute l’attention, y compris celle des universitaires, le rôle central qu’a la politique, la culture et l’ingénierie de l’eau pour modeler la société espagnole d’une part, la géographie et l’écologie aquatiques contemporaines espagnoles en tant que produits de siècles d’interaction socio-écologique d’autre part, reste largement inexploré. Le caractère hybride du paysage aquatique est souligné clairement, en Espagne. Je maintiens que la production socionaturelle de la société Espagnole peut être illustrée tout en exposant le rôle central de la politique et de l’ingénierie de l’eau durant le processus de modernisation en Espagne.
Dans la première partie de mon étude, je vais développer une perspective théorique et méthodologique
qui critique d’une façon explicite l’étude traditionnelle des ressources aquatiques, qui tend à séparer les divers aspects du cycle hydrologique en des objets d’étude séparés et indépendants. Mon objectif principal est de regrouper ce qui a été séparé pendant longtemps en insistant sur le fait que la nature et la société sont profondément entrelacées.
Dans la seconde partie de mon étude, j’expose les origines du processus de modernisation de
l’Espagne au début du XXe siècle (1890-1930) exprimé par des débats et des actions concernant la
condition hydrologique.
La structure conceptuelle présentée dans la première partie aide à structurer la narrative qui tresse l’eau à travers le réseau des relations socio-naturelles en utilisant des méthodes qui permettent de ré-instituer la modernité comme étant profondément géographique, bien que n’étant pas un projet cohérent, homogène, total, ou même incontestable. En somme, je cherche à documenter comment le socio-naturel est produit historiquement pour produire une configuration géographique particulière même aussi dynamique par nature.



ABSTRACT

Spain is arguably the European country where the water crisis has become most acute in recent years. The political and ecological importance of water is not, however, only a recent development in Spain. Throughout this century, water politics, economics, culture, and engineering have infused and embodied the myriad tensions and conflicts that drove and still drive Spanish society. And although the significance of water on the Iberian peninsula has attracted considerable scholarly and other attention, the central role of water politics, water culture, and water engineering in shaping Spanish society on the one hand, and the contemporary water
geography and ecology of Spain as the product of centuries of socio-ecological interaction on the other, have remained largely unexplored. The hybrid character of the water landscape, or “waterscape”, comes to the fore in Spain in a clear and unambiguous manner. The socionatural production of Spanish society, I maintain, can be illustrated by excavating the central role of water politics and engineering in Spain’s modernization process.
In the first part of the paper, I develop a theoretical and methodological perspective that is explicitly critical of traditional approaches in water-resources studies, which tend to separate various aspects of the hydrological cycle into discrete and independent objects of study. My perspective, broadly situated within the political ecology tradition, draws critically from recent work by ecological historians, cultural critics, sociologists of science, critical social theorists, and political-economists. My main objective is to bring together what has been severed for too
long by insisting that nature and society are deeply intertwined.
In the second part of the paper, I excavate the origins of Spain’s early-twentieth-century modernization
process (1890-1930) as expressed in debates and actions around the hydrological condition.
The conceptual framework presented in the first part helps structure a narrative that weaves water through the network of socionatural relations in ways that permit the recasting of modernity as a deeply geographical, although by no means coherent, homogeneous, total, or uncontested project. In sum, I seek to document how the socio-natural is historically produced to generate a particular, but inherently dynamic, geographical configuration.



AUTEUR(S)
Erik SWYNGEDOUW

MOTS-CLÉS
écologie politique, Espagne, ressources d’eau, nature et société, modernité

KEYWORDS
political ecology, Spain, water resources, nature and society, modernity

BIBLIOGRAPHIE
ges.revuesonline.com/revues/39/10.3166/ges.9.39-68.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (680 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier