ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Géographie Économie Société

1295-926X
 

 ARTICLE VOL 6/3 - 2004  - pp.265-290  - doi:10.3166/ges.6.265-290
TITRE
Les Frontières de l'ordre concurrentiel et du marché : les Biens Publics Mondiaux et les patrimoines communs

TITLE
The edges of competition and the market : international public goods and shared heritage

RÉSUMÉ
La question des biens publics mondiaux (BPM) et des patrimoines communs a récemment émergé suite au retrait relatif de l'espace public face à la montée du marché et des pouvoirs privés, au « débordement » des États et à la rivalité croissante entre des patrimoines communs posant la question de la gestion patrimoniale à l'échelle planétaire que ce soit la protection de la couche d'ozone ou de la diversité culturelle. Plusieurs argumentaires théoriques peuvent être mobilisés, qui spécifient des biens et les patrimoines collectifs, communs, premiers ou publics, mondiaux ou internationaux. Les premiers, du champ de l'économie, mobilisent les jeux des intérêts et ne remettent pas en cause l'architecture des relations internationales alors que les seconds, du champ de l'économie politique transnationale, concernent des conflits de valeurs et des finalités et donc des décisions politiques qui permettent de délimiter les frontières de l'ordre concurrentiel et celui des patrimoines.


ABSTRACT
The issue of International or Global Public Goods (IPG) and Common or shared heritage was recently brought to the fore following the relative decline of the public sphere and the rise of the market forces and the private sphere. "Overwhelmed" States and the growing rivalry between common or shared heritage raise the question of a world-wide management of shared heritage such as the protection of the ozone layer or cultural diversity. Several theoretical arguments can be made, that distinguish shared goods and shared heritage, private or public, global or international. The first are part of the economy and the interests vested in them do not challenge the actual international relations. The latter concern cross-border political economy and raise the question of heritage and conflicts of values and end-use. These are political decisions that define the edges of both competition and world heritage.


AUTEUR(S)
Philippe HUGON

MOTS-CLÉS
Action publique internationale ; Biens collectifs, communs, publics internationaux, globaux ; Capital ; Économie politique internationale ; Gestion et négociation patrimoniale ; Gouvernance mondiale ; Patrimoines.

KEYWORDS
International Public Action ; Collective Goods, Common Goods, Public International Goods ; Capital ; International Political Economy ; Patrimonial Management and Negotiation ; Global Governance ; Heritage « La science est un patrimoine de l'humanité » Pasteur « On n'hérite pas de la Terre de nos parents, on ne fait que l'emprunter à nos enfants » À de Saint Exupery Alors qu'une conscience planétaire émerge du fait de la mondialisation ou de la triadisation, des interdépendances et des risques planétaires, l'architecture internationale demeure marquée par les relations inter étatiques et par le rôle des puissances hégémoniques et le marché se déploie à l'échelle mondiale sous l'impulsion des oligopoles privés sans régulation transnationale.

BIBLIOGRAPHIE
ges.revuesonline.com/revues/39/10.3166/ges.6.265-290.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (385 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier