ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Géographie Économie Société

1295-926X
 

 ARTICLE VOL 13/3 - 2011  - pp.273-299  - doi:10.3166/ges.13.273-299
TITRE
L’Ile-de-France et ses départements : proximité et économie de localisation

TITLE
Paris region and its departements: between proximity localization economies

RÉSUMÉ

Nombre de travaux récents proposant une appréciation parallèle de la croissance de l’emploi et de la productivité permettent de qualifier la nature des modalités d’adaptation des territoires aux contraintes et opportunités économiques. Selon le schéma de l’économie géographique les territoires devraient tendanciellement connaître des phénomènes cumulatifs positifs ou négatifs selon le sens des déplacements du facteur travail. Toutefois, des constats empiriques révèlent des situations intermédiaires, voire contradictoires, dans lesquelles la concentration du travail se combine avec des performances en recul. La région Ile-de-France, caractérisée par un mode de croissance qualifié de « récessif », est emblématique de cet apparent paradoxe. Après avoir rappelé les débats qui structurent la littérature consacrée à l’évaluation des rôles respectifs du territoire et de l’activité dans les performances des entreprises, nous proposons de revenir sur le cas de cette région afin de départager ces deux effets. En recourant à la méthode Shif-Share, ce texte met en évidence une dynamique dans laquelle « l’effet géographique » est négatif. Le passage à une échelle territoriale plus fine nous permet d’aller plus loin dans la justification de l’observation simultanée d’une performance élevée et d’effets locaux négatifs. Nous montrons que la logique de polarisation induisant des mécanismes d’agglomération, joue de manière contrastée selon les composantes de l’espace régional.



ABSTRACT

Many recent papers propose a simultaneous assessment of the employment growth and productivity. They make it possible to better understand the adaptation of the territories to changing economic constraints and opportunities. According to the framework of the geographical economics, average territories should experiment positive or negative cumulative phenomena. However, some empirical reports reveal intermediate situations. This is indeed the case of the Ile-de-France area, which belongs to the group of territories characterized by a model of growth described as “recessive”. This paper shows that this conclusion highly depends on the method applied and on the data used. We proceed in three stages. First section recalls the terms and the stakes of the debates which structure the literature devoted to the evaluation of the respective roles of the territory. The second section reconsiders the case of the Ile-de-France in order to discriminate these two effects. Thanks to the application of the Shift — Share method we conclude that the “geographical effect” is negative at the regional level only. Referring to a finer territorial scale enables us to go further in the justification of the simultaneous observation of a high performance and negative local effects. We show then that the logic of polarization which originates agglomeration effects differs according to the studied area.



AUTEUR(S)
Denis CARRÉ , Nadine LEVRATTO

MOTS-CLÉS
Ile-de-France, départements, croissance, spécialisation, analyse structurelle – résiduelle

KEYWORDS
Ile-de-France, departments, growth, specialization, shift-share method

BIBLIOGRAPHIE
ges.revuesonline.com/revues/39/10.3166/ges.13.273-299.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 7.5 €
• Non abonné : 15.0 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (656 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier