ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Géographie Économie Société

1295-926X
 

 ARTICLE VOL 11/1 - 2009  - pp.1-3
TITRE
Préambule

RÉSUMÉ
Notre ami Georges Benko avait coutume de dire qu’il ne fallait pas grand-chose pour faire une bonne revue : un ordinateur aux dossiers bien rangés, un bon fichier de lecteurs attentifs et prompts à répondre aux sollicitations, une vigilance dans le suivi des papiers et un paquet de convictions. Sans doute pensait-il cela parce qu’il possédait, en sus, tout ce qui fait un bon directeur de comité de rédaction : le carnet d’adresses et la réputation auprès des auteurs potentiels, la confiance des lecteurs et des arbitres, la crédibilité auprès des institutions et le soutien d’une maison d’édition. Aujourd’hui que sa disparition nous frappe et nous touche si profondément, nous sommes confrontés à la suite de son action pour la revue Géographie, Economie et Société. Georges a été un grand créateur et innovateur, qu’il s’agisse de ses articles, de ses ouvrages ou de ses collections. Parmi ses créations, GES a sans doute été l’une des plus chères. Il a mis en place l’architecture de la Revue, en a choisi la ligne éditoriale et le positionnement, le format, les orientations thématiques et les numéros spéciaux. Il a porté la Revue à bout de bras pendant ses dix premières années et, quand le temps de la maladie est arrivé, s’est mis en quête d’une manière de prolonger son action. Avec le courage qui le caractérisait, il a pensé et organisé sa succession, qu’il s’agisse des tâches d’édition et d’impression ou de la suite des opérations en matière de gestion des articles et des contenus des numéros. Le nouveau Comité de Rédaction de la revue, profondément renouvelé, a été voulu et choisi par Georges Benko. En acceptant cette charge, nous avons tout d’abord le sentiment d’une dette morale et la volonté de répondre à sa demande, au-delà de sa disparition. Il s’agit aussi de continuer le travail fondateur de Georges Benko et de faire fructifier son héritage, en l’inscrivant dans une dynamique différente, davantage collective, pour prendre en compte la disparition du fondateur et de son aura, ainsi que l’expression de nos différences et de notre pluralisme. Le large et international réseau que Georges a tissé sera sollicité mais servira aussi de base à un réseau plus international encore, comme il l’aurait souhaité.

AUTEUR(S)


LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (214 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier